Des soldats français en renfort dans la zone d’enlèvement des deux Français

Des soldats français patrouillaient vendredi aux côtés de l’armée malienne dans la région d’Hombori (nord du Mali) où ont été enlevés deux Français dans la nuit de mercredi à jeudi, a constaté un journaliste de l’AFP.

Ces soldats ont été dépêchés de Sévaré, près de Mopti, non loin d’Hombori, où ils forment habituellement des soldats d’élite de l’armée malienne. Le journaliste de l’AFP en a vu une dizaine à proximité d’Hombori.Militaires maliens et français ont été envoyés dans cette zone pour tenter de retrouver la trace des ravisseurs de deux ressortissants français, ravisseurs qui sont soupçonnés d’appartenir à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Plus de 24 heures après, Aqmi n’avait cependant toujours pas revendiqué ces enlèvements.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, sept hommes armés ont enlevé à l’hôtel « Le Dombia » de Hombori, située entre Mopti et Gao, ces deux Français, présentés comme des géologues, qui travaillaient pour une cimenterie de la région, selon des sources policière, sécuritaire et municipale maliennes.

Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a confirmé les enlèvements, « dans des conditions que nous ne connaissons pas encore très bien ». « Nous sommes en train de rassembler les informations » au sujet des deux hommes, a-t-il dit.

Lire l’article sur lepoint.fr : Mali : Des soldats français en renfort dans la zone d’enlèvement des deux Français

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


Le dimanche 16 août 2015, une délégation de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) conduite par Monsieur Alghabass AG Intalla a rencontré le Secrétariat Exécutif du Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) élargi aux cadres, sous la direction du Dr Oumar Mariko son Président.
Lire la suite de cette entrée »


Placée sous le thème, « quelles perspectives dans un contexte d’accaparement des terres par la bourgeoisie nationale et l’impérialisme ? », cette quatrième édition a été consacrée exclusivement aux organisations paysannes dans l’optique d’échanger sur les difficultés du monde rural et de dégager des perspectives dynamiques pour le bien-être social.
Lire la suite de cette entrée »


Si l’atmosphère du débat des questions orales était bon enfant entre Bocary Tréta, premier interpellé de l’honorable Oumar Mariko le jeudi dernier à l’Assemblée nationale, celle du second, Sada Samaké, a mal tourné. L’interpellateur et l’interpellé ne se sont pas fait de cadeaux. Une véritable escalade verbale a émaillé le débat.
Lire la suite de cette entrée »


Après le 5ème rejet de sa demande de visa par le consulat de l’ambassade de France au Mali, l’honorable Oumar Mariko monte au créneau contre le président de l’Assemblée nationale, le ministre des Affaires étrangères du Mali et l’ambassadeur de France au Mali. Dans l’interview qui suit, il parle aussi des deux attaques, celles de Nara et de Fakola dans le cercle de Kolondiéba.
Lire la suite de cette entrée »


Au Mali, malgré le cessez-le-feu signé il y a un an, les accrochages se sont poursuivis et la liste des victimes n’en finit pas de s’allonger. La date du 15 mai 2015, avec la signature solennelle à Bamako de « l’accord de paix et de réconciliation au Mali », marquera-t-elle la fin de cette période particulièrement douloureuse pour les Maliens ?
Lire la suite de cette entrée »