Adhésion – Rejoindre le Parti SADI

Adhésion :
En quelques clics, devenez adhérent du SADI et rejoignez la première force progressiste du Mali.
Débats, préparation du projet, mobilisations pour les valeurs de la gauche, rejoignez les milliers d’hommes et de femmes qui ont déjà fait le choix de s’engager.
Pour votre première adhésion, le coût de la cotisation et carte de membre n’est que de 15€ si vous êtes à l’étranger et de 1 500 Fcfa si vous au Mali.
C’est le moment d’agir, rejoignez nous et amorçons le changement.





 

6 réponses à to “Adhésion – Rejoindre le Parti SADI”

  • Madou Djema:

    Salut tout le monde mon nom est madou un malien en italie le parti sadi est la pour les malien mais les maliens ne connaissent pas un homme de valeur vivant mais le docteur mariko et le sadi sont notre avenir

  • LE DESSOUS DES CARTES EN SYRIE MEURTRIE

    robertbibeau@hotmail.com et info@orgcomfr.com

    4.09.2013

    http://www.les7duquebec.com/7-au-front/le-dessous-des-cartes-en-syrie-meurtrie/

    Sauver les conseillers militaires occidentaux et les djihadistes exfiltrés

    Pourquoi l’attaque possible des États-Unis et de la France contre la petite Syrie exsangue et pourquoi ce bruit de bottes qui retentit encore une fois à nos portes? Tout simplement parce qu’elle a échoué l’agression militaire exaltée depuis deux années contre la Syrie martyrisée visant à faire tomber Bachar al-Assad et son clan afin de placer sur le trône de Damas un sous fifre sorti de la cuisse de l’occident.

    Ce plan machiavélique visait à déboulonner Bachar et à remettre la proie syrienne entre les mains du chacal étatsunien ravissant une autre néo-colonie à la Russie-ennemie. Par ailleurs, à ce moment-ci de la partie de poker menteur un bombardement sur la Syrie aura exactement l’effet inverse et cette attaque ne fera que braquer la bourgeoisie syrienne contre l’occident (leur allié du temps ou Damas sous contractait la torture des soi-disant «terroristes internationaux» pour le compte de la CIA étasunienne).

    Ce plan machiavélique a été tramé, non pas à Tel-Aviv comme le prétend le Parti communiste syrien révisionniste (ce qui est bien au-dessus des capacités de l’impérialisme israélien tout juste bon à massacrer la population de Gaza emmurée et à exfiltrer le gaz sarin pour ses larbins), mais bien plutôt manigancé à Paris, à Londres et à Washington avec le soutien des qataris, des turcs et des saoudiens [http://www.michelcollon .info/Entretien-avec-Ammar-Bagdash.html].

    Selon ce plan sinistre, Bachar al-Assad et son clan devaient être rapidement exécutés et remplacés par des affidés recrutés par les ambassades occidentales, qatari, saoudienne et turque parmi la diaspora vendue trainant ses savates à travers le monde en quête d’un maître à appâter et à qui livrer leur patrie endeuillée. Mais rien n’a fonctionné comme anticipé. La meute djihadiste enragée et affamée s’est disputée le royaume syrien avant même que de l’avoir tué et dépecé.

    Bachar et son camp, solidement soutenus par leur tuteur russe et l’allié chinois, ne se sont pas écartés comme prévu. Pire, l’ours russe a fait savoir dès le début qu’il cessait de reculer. Fini pour Poutine de céder la Georgie pour sauver la Tchétchénie ; de céder la Serbie pour sauver la Libye ; de céder la Libye pour sauver la Syrie. Avant-hier, c’était le Mur et l’effondrement des colonies à l’Est (1989) ; puis l’ex-Yougoslavie-Serbie-Kosovo (1991-2001) ; ensuite le Caucase (2001-2012) ; puis la Libye (2011) et aujourd’hui son suzerain lui réclame la Syrie.

    Pourquoi la Russie décide-t-elle soudain de se dresser et de résister aux visées hégémoniques de l’impérialisme étatsunien, français et londonien? C’est que l’impérialisme américain est sur son déclin et qu’il ne sait plus imposer son autorité sur sa meute désordonnée – la succession est déjà entamée dans le camp de l’OTAN. Pour exemple la flotte d’attaque américaine comptait 586 navires de guerre à son apogée au temps du Président Reagan. Elle ne compte plus que 286 navires de guerre agressifs et démodés au temps du Président pacifiste, Nobel de la paix (sic).

    Du côté du BRICS le leadership de la Chine n’est pas encore affirmé ni accepté par ses alliés. Ça viendra d’ici quelques années.

    Pourquoi alors ces menaces d’interventions aériennes probablement avec missiles de croisière et des drones sans pilote dont les USA ont la quasi exclusivité, armes meurtrières que les batteries anti-aériennes S-300, de fabrication russe, déjà opérationnelles comme nous l’avions prédit, abattront en partie. Peut-être même que quelques batteries S-400, ou leur équivalent iranien, servis par des moudjahidines de la révolution de Téhéran compléteront le travail [http://www.les7duquebec.com/7-au-front/deux-alliances-paralysees-au-procheor ienten sangl ante/].

    Comme nous l’avions écrit à l’époque, l’aviation israélienne a effectué en mai dernier quelques vols de reconnaissance afin de vérifier l’état de préparation de ces engins de perdition qui coûteront cher aux américains. Que Stephen Harper se le tienne pour dit: les pilotes canadiens n’effectueront pas des promenades de tout repos, comme il en fut à Tripoli ; cette fois-ci ils y laisseront leur peau [http://www.les7duquebec.com/7-au-front/la-guerre-contre-liran-aura-lieu/].

    Mais la question demeure: « Pourquoi ces menaces et ces leurres »? Qu’est-ce qui se cache sous cette arnaque ? Par ces menaces l’impérialisme étatsunien poursuit trois objectifs :

    1 – Tous conviennent dans le camp occidental qu’ils ont perdu la bataille contre le gouvernement syrien légal. Mais cette guerre n’est pas terminée, de nombreux terroristes djihadistes entraînés par la Turquie, des mercenaires bien payés par les États-Unis, des sous fifres embauchés par le Qatar et l’Arabie, et même des conseillers militaires occidentaux sont présentement encerclés dans quelques poches de résistance et il faut obtenir leur libération par l’armée syrienne sans que ces flibustiers ne passent par les tribunaux où ils risquent d’exposer les crimes de guerre (dont les gaz sarin ne sont qu’un exemplaire) et dont se sont rendues complices les puissances occidentales pseudo humanitaires.

    2 – Par cette démonstration de force Washington souhaite indiquer aux adjudants qui s’activent derrière les paravents pour le remplacement du Président de l’Alliance Atlantique en débandade, que les États-Unis sont les seuls qui ont la capacité militaire et la pugnacité de frapper qui ils veulent et quand ils le veulent. Le chef de meute étatsunien n’est pas sénile qu’on se le tienne pour dit dans le chenil.

    3 – Enfin, une démonstration de force étatsunienne fera voir à Monsieur Poutine que s’il a pu conserver sa néo-colonie, bien mal en point selon lui, tout n’a pas été dit. Obama, Nobel de la paix (sic) prépare ainsi la suite de son plan d’agression militaire contre le Moyen-Orient mis à feu et à sang.

    Il est difficile de s’y retrouver parmi les différentes options politiques couvrant l’ensemble du kaléidoscope de l’extrême droite jusqu’à l’extrême «gauche» et qui se courtisent mutuellement. Ainsi, il peut paraître hasardeux de dégager une ligne politique juste dans une telle cacophonie, chacun étant écartelé entre le Front national, Le PCF et le PC canadien révisionnistes (qui désapprouvent l’intervention occidentale en Syrie) ; entre les formations islamistes et les autres formations politiques de la bourgeoisie, le Parti Socialiste français et le Parti Conservateur canadien jusqu’à et y compris le vieux Parti communiste syrien qui dénonce l’agression et fait des rodomontades à Bachar al-Assad pour n’avoir obtenu aucun ministères pour services rendus. Ils en ont marre ces vieux collabos de ronger leur frein dans l’opposition au parlement de Damas [http://www.michelcollon.info/Entre%20tien-avec-Ammar-Bagdash.html].

    Quelle est la position de l’avant-garde ouvrière syrienne ?

    Il n’existe qu’une méthode scientifique pour contourner le récif de la «conspirationnite» et éviter de soutenir l’une ou l’autre des factions de la bourgeoisie en guerre pour le contrôle de ce pays.

    1. Il suffit de s’en tenir au point de vue de la classe ouvrière. Le partisan doit épouser les intérêts du prolétariat syrien. De facto, les intérêts des autres sections de classe qui composent le peuple syrien seront défendus.

    2. Il s’agit d’adopter le point de vue marxiste-Léniniste, la science prolétarienne de la révolution. C’est-à-dire, d’épouser le point de vue des éléments conscients et avancés de la classe ouvrière syrienne.

    En combinant et en croisant ces deux visions qui, en réalité, comme dans la vision humaine, se confondent dans le cerveau pour ne former qu’une seule et même perception – une seule représentation de la réalité concrète, l’analyste comprend que cette guerre d’agression des capitalistes monopolistes de l’OTAN contre les capitalistes monopolistes syriens et leurs alliés iraniens et russes ne sert aucunement les intérêts de la classe ouvrière syrienne.

    L’impérialisme occidental, les fripouilles djihadistes et les conseillers militaires occidentaux exfiltrés doivent quitter la Syrie sans discuter ou être jugés par la justice syrienne. Le prolétariat syrien ne doit faire aucune confiance à l’ONU ni à la Cour Pénale Internationale (CPI) instruments de la soi-disant «Communauté internationale» de l’impérialisme mondial.

    Le prolétariat syrien s’oppose à toute ingérence internationale illégitime et illégale sur le sol et dans les affaires internes de la Syrie. Les problèmes que représentent Bachar al-Assad et la classe capitaliste syrienne, traitres et malmenés par leurs ex-alliés occidentaux – sont les problèmes des ouvriers syriens qui pour le moment, compte tenu du rapport de force, les tolère à la tête de l’État et de la société syrienne. Leur sort sera scellé quand le prolétariat syrien organisé en aura décidé.

    La société syrienne, comme celle de tous les pays du Moyen-Orient et de la zone arabe africaine (Égypte – Tunisie – Yémen – Irak – Liban – Bahreïn – Libye – Algérie – Soudan – Somalie – Mali – Mauritanie et Maroc) subit de plein fouet la crise économique mondiale. Pas plus le clan Assad que les brigands regroupés sous les oripeaux de l’Armée syrienne Libre (libre d’être les larbins des américains et des européens) ne pourront résoudre cette crise économique mondiale et donner la prospérité à ces sociétés strangulées.

    Le prolétariat syrien ne porte allégeance à aucune de ces factions mais il tolère la marionnette de l’impérialisme russe et du capital compradore syrien comme un moindre mal, en attendant de s’être donné un Parti révolutionnaire ouvrier (PRO) et de préparer sa contribution à la seconde phase de la Révolution arabe [http://www.les7duquebec.com/7-au-front/les-revoltes-egyptiennes-suites-ou-fin-2005-2013/].

    Ouvriers et camarades de Syrie, quand l’agression de la section occidentale de l’impérialisme mondial aura été repoussée (par votre détermination à défendre vos foyers et vos familles, les usines, les moyens de transport et de communication, les services publics, les champs et les vergers, le bétail et vos conditions de vie et de travail) – ne remettez pas vos armes à quiconque; dissimulez vos fusils et vos munitions en prévision de la prochaine occasion, en prévision de la prochaine révolution arabe…

    Prolétaires du monde entier unissez-vous !

  • KOITA MOHAMED:

    je suis un inconditionnel admirateur du Docteur Mariko

  • Madani:

    La démocratie et la vraie

  • sily camara:

    Frères et soeurs du Mali,
    Je crie fort de cote d’ivoire pour vous interpeler. J’espère que vous allez m’entendre, que vous allez me comprendre. J’ai appris que la France et les Etats-unis d’Amérique veulent installer au Mali une « force » onusienne.
    Frères et soeurs, votre guerre de libération du Nord est presque terminée. Ne tombez pas dans le piège, parce que vous risquez d’y tomber.
    Mon expérience d’ivoirien m’autorise à le dire, ma petite connaissance de l’histoire me permet de le dire.Là où les soldats de l’ONU s’installent, les guerres s’éternisent.
    Premièrement: ces soldats et les représentants locaux de l’ONU qui toucheront de grosses primes dites « primes alimentaires » ou de gros salaires ne voudront plus s’en aller. Ils trouveront toutes sortes de « plans », ils feront voter toutes sortes de résolutions pour s’y maintenir pour garder leur privilèges.
    Deuxièmement: ils vont se livrer à toutes sortes de trafics n’ayant aucun liens avec leurs missions.
    Troisièmement: ils vont créer une partition artificielle du pays pour pouvoir exercer un chantage permanent sur le gouvernement, dès que leurs mandataires (USA ou France ) auront un quelconque intérêt au Mali et que le gouvernement hésitera à le leur concéder. Ils actionneront des marionnettes islamistes ou touareg pour obliger le gouvernement à satisfaire ces désirs.
    Dites « merci » à la France et libérez une bonne fois pour toutes votre pays. Chez nous, on dit « en même temps est mieux ». Mon expérience d’Ivoirien me commande cette vérité.
    Ne tombez pas dans le piège. Que Dieu sauve le Mali.
    Sily Camara, à Abidjan, Côte d’Ivoire
    Tel: (225) 03 02 56 32

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


Le 15 septembre 2015, une quarantaine de Kamerunais se sont retrouvés au palais des Sports de Yaoundé pour un séminaire sur le thème «la gouvernance électorale et l’alternance démocratique », à l’initiative de l’ONG DYNAMIQUE CITOYENNE et pour la commémoration de la journée internationale de la démocratie.

Alors que le séminaire, dûment déclaré comme le stipule la loi, se déroulait sans incident, après des intimidations successives et infructueuses des gendarmes puis des policiers, le Sous-Préfet de Yaoundé 1er, accompagné d’une escouade d’éléments des forces de l’ordre, a fait irruption dans la salle et intimé aux participants, l’ordre d’arrêter leurs travaux et de quitter les lieux, contre toute base légale.

Devant le refus justifié des participants d’obtempérer à cette injonction arbitraire, le Sous-Préfet et ses hommes en tenue ont fait évacuer la salle de force, avec brutalité, en molestant, en giflant et en frappant sauvagement les participants, leur portant physiquement et psychologiquement atteinte.

Par la suite, six personnes ont été arrêtées et conduites dans les locaux de la GMI à Yaoundé où elles restent jusqu’à la publication du présent communiqué, le 18/09, toujours détenues. Il s’agit de : M. Jean-Marc BIKOKO (le point focal national de Dynamique Citoyenne, Président de la Centrale Syndicale du Secteur Public), Agnès Adélaïde METOUGOU, BIKOKO Le juste, Jessie BIKOKO, NDJALLA EPANGUE Yves et FOGNO FOTSO François. D’autres sont sous le coup de menaces d’arrestation.

Devant une telle barbarie et devant les atteintes répétitives et de plus en plus graves du régime RDPC et alliés de M. Paul Biya contre les droits humains élémentaires,

Nous militants de l’UPC en Europe,
– protestons vigoureusement contre ce déni des droits de l’homme et de démocratie.
– exigeons la libération immédiate et sans condition de nos compatriotes détenus arbitrairement depuis le 15 septembre et qui n’ont violé aucune loi.
Nous en profitons pour attirer l’attention de nos compatriotes et des amis du Kamerun sur la leçon à retenir de cet épisode inacceptable parmi bien d’autres :

Le régime en fin de règne à Yaoundé ne tolère aucune voix qui ne lui soit pas docile. Toute personne, organisation politique ou de la société civile qui ose déclarer ce qui ne plaît pas à ce régime est arbitrairement et sauvagement réprimée avec la plus grande brutalité.

Nous appelons donc tous nos compatriotes à se battre pour la cause commune que sont le respect des droits de l’homme et la conquête des véritables libertés démocratiques, et ceci au-delà de toute divergence idéologique.

Seule la vigilance, l’engagement ferme, sans faux fuyant ni complaisance contre ces exactions répétées du régime nous conduira à imposer un contexte véritablement démocratique au Kamerun.

Les droits humains et la démocratie n’appartiennent ni au Nord, ni au Sud, ni à l’Est ni à l’Ouest. Ils ne sont ni de l’UPC, ni du SDF, ni du Manidem, ni du CPP, etc.
Ils appartiennent à tous et sont de tous.

Neuf Kamerunais sur dix, toutes régions confondues, sont en permanence victimes des violations de droits humains. A chaque fois qu’un de nos compatriotes quel qu’il soit, sera victime de l’arbitraire, nous devons tous protester et condamner cela avec une extrême vigueur.

En dénonçant chaque cas de violation de nos droits, nous contribuons, chaque jour qui passe, à l’avancée des idéaux démocratiques. 

Le 18 septembre 2015.

Pour les Upécistes d’Europe.
Les Membres du Bureau du Comité Directeur en Europe

René EMEH ELONG
Augusta EPANYA
Moïse ESSOH
Siméon NGIMBOUS BATJOM
Samuel NJUFOM


Déclaration du Parti S.A.DI. sur le coup de force au Burkina Faso
Le Mercredi 16 septembre 2015, aux environs de 14H30, des militaires appartenant au tristement célèbre Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) ont porté une grave atteinte aux institutions de la République et au processus de Transition démocratique mis en place au Burkina-Faso, suite à l’insurrection populaire victorieuse des 30 et 31 octobre 2014 qui a mis fin à 27 années de dictature féroce, de confiscation des libertés démocratiques et de blocage du jeu politique par le CDP (Congrès pour la Démocratie et le Progrès) et ses alliés.
Ces usurpateurs indécrottables, sous la conduite du Général Gilbert Diendéré ancien-Chef d’Etat-Major particulier de Blaise Compaoré et ancien commandant du Régiment de Sécurité Présidentielle, après avoir désarmé la garde en faction, ont fait irruption au Palais en plein Conseil des Ministres, se sont saisis du Président de la Transition Michel Kafando, du Premier-Ministre Yacouba Isaac Zida, d’autres membres du Gouvernement de Transition, notamment Réné Bagoro et Augustin Loada, respectivement Ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme ; Ministre de la Fonction Publique, du Travail et de la Sécurité Sociale. Ils ont tous été séquestrés et pris en otage au palais.
Pour parachever leur forfait, les éléments du RSP, agissant en parfaite intelligence avec des anciens dignitaires dégénérés du CDP et de leurs milices, ont instauré un climat de terreur dans la capitale à travers le quadrillage des points stratégiques, le déploiement des escadrons de la mort qui pourchassent les manifestants, incendient les domiciles d’opposants, attaquent les radios privées, prennent en otage les journalistes. Le bilan fait état de plusieurs morts et de nombreux blessés.

Le Parti SADI tire les constats suivants :
– Depuis la victoire historique des forces démocratiques du Burkina-Faso, la Communauté Internationale (notamment la CEDEAO, l’Union Africaine et les Nations-Unies) s’est malheureusement illustrée par son ponce-pilatisme et ses nombreuses obstructions à l’aboutissement du processus révolutionnaire de changement et de renouveau enclenchée en octobre au Burkina Faso ;
– Elle a mis en place une Médiation dirigée par le Président Macky SALL, Président en exercice de la CEDEAO dont le résultat a été la constitution d’un attelage hétéroclite et confus d’acteurs dans le but de garder la mainmise sur le Burkina Faso ;
– Ainsi, le Régiment de la Sécurité Présidentielle, symbole vivant de la terreur personnifiée, devait rester en l’état et les principaux piliers du système Compaoré maintenus, la tête hors de l’eau, pour servir au moment opportun ;
– La Cour de Justice de la CEDEAO, contrairement à la Charte africaine qui condamne les modifications constitutionnelles, a ajouté à la confusion en se prononçant dans l’urgence contre le Code Electoral élaboré par la Transition qui a légitimement sanctionné tous ceux qui ont tripatouillé la constitution du pays pour ouvrir la voie royale à la candidature illégale et illégitime de Blaise Compaoré.

Face à la situation qui prévaut au Burkina-Faso et qui pourrait conduire à des affrontements meurtriers, voire même à une guerre civile aux conséquences désastreuses, le Parti SADI :
– Condamne fermement le Coup d’Etat réactionnaire et néocolonial au Burkina Faso ;
– Appelle les forces progressistes maliennes, africaines et internationales à se mobiliser comme un seul homme pour exiger la libération immédiate et inconditionnelle du Président de la Transition, du Premier-Ministre et des membres du Gouvernement séquestrés ;
– Exige le rétablissement immédiat du Gouvernement de la Transition, des institutions de la République et du processus électoral ;
Condamne les atteintes graves aux libertés individuelles et collectives et exprime son soutien total à la résistance du peuple face aux usurpateurs du Conseil National pour la Démocratie, véritable Commando National de Destruction des acquis démocratiques;
– Vive la résistance du peuple burkinabé ! A bas la restauration ! A bas les usurpateurs ! La lutte continue !
Bamako, le 18 septembre 2015

Pour le Bureau Politique
Le Secrétaire aux Relations Extérieures
Yéhia Ag Mohamed ALI
Ancien Ministre
Officier de l’Ordre National du Mali


Accaparement des terres
Le réseau de communication Kayira, en collaboration avec la Fondation Rosa Luxemburg, a tenu du 14 au 16 août 2015 la 4ème édition des assises de la Gauche malienne. Ces assises ont regroupé les organisations paysannes et certains syndicats. Le thème était : « Les organisations paysannes, les partis et mouvements de Gauche du Mali : quelles perspectives dans un contexte d’accaparement des terres par la bourgeoisie nationale et l’impérialisme ? »
Lire la suite de cette entrée »


Je vais vous dire pourquoi je suis ici, avec des mots que j’ai empruntés à un vieux manifeste célèbre. Je suis ici parce que :

Un spectre hante l’Europe – le spectre de la démocratie. Toutes les puissances de la vieille Europe ont conclu une sainte alliance pour exorciser ce spectre: les banquiers parrainés par les États et l’Eurogroupe, la Troïka et le Dr Schäuble, les héritiers de l’héritage politique de Franco, le leadership berlinois du SPD, les gouvernements baltes qui ont soumis leurs populations à une récession terrible et inutile, et l’oligarchie grecque en résurgence. Lire la suite de cette entrée »


Après le 5ème rejet de sa demande de visa par le consulat de l’ambassade de France au Mali, l’honorable Oumar Mariko monte au créneau contre le président de l’Assemblée nationale, le ministre des Affaires étrangères du Mali et l’ambassadeur de France au Mali. Dans l’interview qui suit, il parle aussi des deux attaques, celles de Nara et de Fakola dans le cercle de Kolondiéba.
Lire la suite de cette entrée »