Déclaration du parti SADI suite au changement de Régime intervenu au Mali le 22 Mars 2012.

Le Comité Central du Parti SADI réuni au stade du 26 mars, les 24 et 25 mars 2012 à l’issu des travaux déclare :
– vu la déclaration du Bureau Politique depuis le 9 février demandant la démission du Président ATT suite à ses échecs dans la gestion de la crise au Nord et l’organisation d’élections transparentes,
– vu l’entêtement du Président ATT et son gouvernement à organiser un référendum pour réviser notre constitution en violation de l’Article 118 de la dite constitution,
– vu la violation du serment du Président ATT, article 37 de la constitution, en abandonnant la souveraineté nationale depuis le 23 mai 2006 avec la signature des Accords d’Alger,
– vu l’incapacité du Président ATT et son gouvernement à faire face aux différentes crises : crise de l’école, de l’emploi, la famine, la corruption, la cherté de la vie et l’insécurité.

Le Comité Central du parti SADI proclame que la chute du régime le 22 mars 2012 est un sursaut populaire à travers la frange saine de son armée nationale, par conséquent c’est un acte courageux et salutaire.

Le Comité Central de SADI
Réaffirme que la chute du régime a permis de débarrasser le Mali et sa démocratie, de la gangrène des généraux capitulards et des hommes politiques corrompus qui ont conduit le pays à la faillite et vers sa partition.

Le Comité Central de SADI
Salue la chute du régime d’ATT qui a permis d’annuler les projets illégaux et illégitimes du referendum et des élections.

Cette chute du régime est salutaire pour engager toutes les forces vives du Mali dans la lutte pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’état.

Le Comité Central de SADI soutient la dynamique de rupture et de changement déclenchée par le CNRDR et appuie le CNRDR dans la lutte contre la corruption et l’enrichissement illicite.

Le Comité Central de SADI met en garde contre toute ingérence étrangère tendant à détourner le peuple malien de ses objectifs de développement politique, économique, social et culturel.

Le Parti SADI exhorte la CEDEAO à se ressaisir et à maintenir la stricte neutralité pour permettre à notre peuple de conduire son destin en toute sérénité et dans la cohésion, lance un appel à la France pour qu’elle s’abstienne de manipuler l’opinion et les hommes politiques prêts à marcher sur les cadavres pour accéder au pouvoir.

C’est en toute cohérence avec ses idées que le SADI se propose d’accompagner le CNRDR avec les forces vives progressistes pour sauver le pays.

Rétablir la paix et la sécurité pour assurer l’intégrité du territoire est essentiel mais il faut aussi penser à construire une démocratie au service du peuple, conformément aux idéaux du 26 mars 1991.

Le Comité central de SADI félicite le courage et le patriotisme de l’armée malienne.

Le parti SADI adresse ses condoléances au peuple et aux familles endeuillés par la mort de nos soldats.

Vive le Peuple du Mali uni et solidaire
Vive les forces vives progressistes
Vive le Mali un et indivisible

Fait à Bamako, le 25 Mars 2012
Le Comité Central du Parti SADI

Une réponse à to “Déclaration du parti SADI suite au changement de Régime intervenu au Mali le 22 Mars 2012.”

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


Le dimanche 16 août 2015, une délégation de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) conduite par Monsieur Alghabass AG Intalla a rencontré le Secrétariat Exécutif du Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) élargi aux cadres, sous la direction du Dr Oumar Mariko son Président.
Lire la suite de cette entrée »


Placée sous le thème, « quelles perspectives dans un contexte d’accaparement des terres par la bourgeoisie nationale et l’impérialisme ? », cette quatrième édition a été consacrée exclusivement aux organisations paysannes dans l’optique d’échanger sur les difficultés du monde rural et de dégager des perspectives dynamiques pour le bien-être social.
Lire la suite de cette entrée »


Si l’atmosphère du débat des questions orales était bon enfant entre Bocary Tréta, premier interpellé de l’honorable Oumar Mariko le jeudi dernier à l’Assemblée nationale, celle du second, Sada Samaké, a mal tourné. L’interpellateur et l’interpellé ne se sont pas fait de cadeaux. Une véritable escalade verbale a émaillé le débat.
Lire la suite de cette entrée »


Après le 5ème rejet de sa demande de visa par le consulat de l’ambassade de France au Mali, l’honorable Oumar Mariko monte au créneau contre le président de l’Assemblée nationale, le ministre des Affaires étrangères du Mali et l’ambassadeur de France au Mali. Dans l’interview qui suit, il parle aussi des deux attaques, celles de Nara et de Fakola dans le cercle de Kolondiéba.
Lire la suite de cette entrée »


Au Mali, malgré le cessez-le-feu signé il y a un an, les accrochages se sont poursuivis et la liste des victimes n’en finit pas de s’allonger. La date du 15 mai 2015, avec la signature solennelle à Bamako de « l’accord de paix et de réconciliation au Mali », marquera-t-elle la fin de cette période particulièrement douloureuse pour les Maliens ?
Lire la suite de cette entrée »