Déclaration de soutien aux forces armées et de sécurité du Mali

Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) apporte son soutien indéfectible et ses encouragements à l’armée malienne et aux forces de sécurité nationale. Le Parti SADI salue la détermination avec laquelle nos soldats et officiers ont affronté et mis en déroule la horde terroriste sanguinaire qui a envahi notre pays pour nous soumettre et nous dominer. Prise au dépourvu, démunie, elle va continuer le combat, et c’est ce que nous voulons, avec les forces amies du peuple malien qui ne vont pas tarder à venir, loin des atermoiements de l’ONU.

La situation que le Peuple du Mali vit en ces moments est tragique. Aussi tragique que le 24 janvier 2012 à Aguelhok.

Comme à Aguelhok, l’armée s’est battue vaillamment. Comme à Aguelhok, elle a fait le sacrifice du sang pour la patrie, battant en brèche les calomnies de ceux-là qui pendant 20 ans, et pendant toute l’année 2012 ont refusé de la doter de moyens militaires à la hauteur des besoins sécuritaires de notre pays.

Ceux-là est-il besoin de le dire, sont les Partis du FDR qui se parent aujourd’hui du manteau de patriotisme dans un combat désintéressé pour libérer le Mali.

Depuis le mois d’avril, ils gèrent le pays comme ils l’ont fait de 1992 à maintenant.

En ce moment difficile que nous vivons, le Parti SADI demande à tous ses militants et à tout le Peuple Malien d’apporter un soutien multiforme à notre armée afin qu’elle débarrasse le pays des envahisseurs le plus rapidement que possible pour éviter que notre pays ne s’enlise dans une guerre qui justifiera son occupation et la remise en cause de son indépendance.

A la veille de la Fête de l’Armée, le Parti SADI lui souhaite une Victoire totale et rapide. SADI souhaite prompt rétablissement aux blessés et prie pour le repos de l’âme des soldats tombés sur le chemin de l’honneur.

.

                                                                                                       Bamako, le 13 janvier 2013

 Pour   Le Bureau Politique

Le Président

Cheick Oumar Sissoko

Une réponse à to “Déclaration de soutien aux forces armées et de sécurité du Mali”

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


Le dimanche 16 août 2015, une délégation de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) conduite par Monsieur Alghabass AG Intalla a rencontré le Secrétariat Exécutif du Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) élargi aux cadres, sous la direction du Dr Oumar Mariko son Président.
Lire la suite de cette entrée »


Placée sous le thème, « quelles perspectives dans un contexte d’accaparement des terres par la bourgeoisie nationale et l’impérialisme ? », cette quatrième édition a été consacrée exclusivement aux organisations paysannes dans l’optique d’échanger sur les difficultés du monde rural et de dégager des perspectives dynamiques pour le bien-être social.
Lire la suite de cette entrée »


Si l’atmosphère du débat des questions orales était bon enfant entre Bocary Tréta, premier interpellé de l’honorable Oumar Mariko le jeudi dernier à l’Assemblée nationale, celle du second, Sada Samaké, a mal tourné. L’interpellateur et l’interpellé ne se sont pas fait de cadeaux. Une véritable escalade verbale a émaillé le débat.
Lire la suite de cette entrée »


Après le 5ème rejet de sa demande de visa par le consulat de l’ambassade de France au Mali, l’honorable Oumar Mariko monte au créneau contre le président de l’Assemblée nationale, le ministre des Affaires étrangères du Mali et l’ambassadeur de France au Mali. Dans l’interview qui suit, il parle aussi des deux attaques, celles de Nara et de Fakola dans le cercle de Kolondiéba.
Lire la suite de cette entrée »


Au Mali, malgré le cessez-le-feu signé il y a un an, les accrochages se sont poursuivis et la liste des victimes n’en finit pas de s’allonger. La date du 15 mai 2015, avec la signature solennelle à Bamako de « l’accord de paix et de réconciliation au Mali », marquera-t-elle la fin de cette période particulièrement douloureuse pour les Maliens ?
Lire la suite de cette entrée »