Archive pour la catégorie ‘ÉDUCATION POPULAIRE’

Une situation politique incertaine dans un contexte geostrategique marque par les convoitises des grandes puissances Partie III

  • La drogue au cœur du pouvoir d’Amadou Toumani Touré

S’agissant du Mali, la question de la drogue a été au cœur du pouvoir d’ATT. La véritable raison de sa chute n’est-elle pas à rechercher de ce côté ? N’a-t-on pas dit que c’est à cause de sa propension à céder à l’appât du gain et son extrême cupidité qu’il avait mis le doigt dans ce système qui l’a broyé comme un rouleau compresseur ?

Certains de ses plus fidèles alliés à l’annonce de sa chute avaient versé des larmes de crocodiles pour sauver les apparences, mais en privée s’en sont réjouis car, elle allait permettre une nouvelle redistribution des cartes politiques susceptibles de freiner la dérive mafieuse  de l’Etat et de construire un nouvel avenir démocratique pour le Mali.

Le passage de la Cocaïne dans le Sahara en provenance d’Amérique Latine pour rejoindre les rivages de la méditerranée ne date pas d’aujourd’hui.  Dès 2007, notre pays était devenu une plaque tournante de la Cocaïne arrivant de Colombie, notamment de la Guinée-Conakry, avant de repartir vers l’Europe. Mais, c’est la découverte en 2009, d’un Boeing 727-200, ayant transporté plusieurs tonnes de poudre blanche qui a permis de connaître l’ampleur du phénomène. Cette découverte a également établi les complicités qui existaient à Bamako dans certains cercles du pouvoir, de l’armée et de la Douane.

Lire la suite de cette entrée »

Une situation politique incertaine dans un contexte geostrategique marque par les convoitises des grandes puissances Partie II

  1. Stratégie du chaos mise en œuvre au Mali pour contrôler ses ressources

Acculés par des pressions de toute sorte tant au plan nationale qu’internationale, victimes d’un lynchage médiatique sans précédents et fortement combattu par le syndicat des Chefs d’Etat de la sous-région Ouest africaine, l’Union Africaine, l’Union Européenne et des Etats-Unis, le Capitaine Amadou Aya Sanogo et ses compagnons ont commencé leur marche à reculons pour faire place nette aux forces de la régression politique et sociale qui ont dirigé pendant 20 ans notre pays et qui sont les premiers responsables de sa faillite.

Cela était difficile pour le Capitaine Amadou Aya Sanogo et ses compagnons de faire une lecture globale de la situation politique nationale  et de comprendre les enjeux    géopolitiques et géostratégiques qui se cachaient derrières les pressions multiples (CEDEAO, Union Africaine, Union Européenne, France, Etats- Unis) auxquelles ils faisaient face pour penser à des solutions immédiates de sortie de crise sur le plan politique, institutionnelle et sécuritaire. Ces enjeux expliquaient également en partie la bataille politique qui se déroulait entre les différents camps : Ceux qui voulaient le changement et ceux qui étaient contre.

Lire la suite de cette entrée »

Survie – Les zones d’ombres de l’intervention française au Mali

La menace que font peser les groupes armés occupant le Nord du Mali depuis plusieurs mois sur la population et l’intégrité du Mali est indéniable. Leurs exactions sont connues et ont provoqué la fuite de centaine de milliers de personnes. Aussi, leur descente vers Mopti début janvier 2013 a provoqué de très fortes inquiétudes et a mené les actuelles autorités maliennes à demander une intervention militaire française.

L’intervention française semble avoir mis un coup d’arrêt à l’offensive vers le sud du pays de mouvements armés qui se revendiquent d’un (suite…)


Le 15 septembre 2015, une quarantaine de Kamerunais se sont retrouvés au palais des Sports de Yaoundé pour un séminaire sur le thème «la gouvernance électorale et l’alternance démocratique », à l’initiative de l’ONG DYNAMIQUE CITOYENNE et pour la commémoration de la journée internationale de la démocratie.

Alors que le séminaire, dûment déclaré comme le stipule la loi, se déroulait sans incident, après des intimidations successives et infructueuses des gendarmes puis des policiers, le Sous-Préfet de Yaoundé 1er, accompagné d’une escouade d’éléments des forces de l’ordre, a fait irruption dans la salle et intimé aux participants, l’ordre d’arrêter leurs travaux (suite…)


Déclaration du Parti S.A.DI. sur le coup de force au Burkina Faso
Le Mercredi 16 septembre 2015, aux environs de 14H30, des militaires appartenant au tristement célèbre Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) ont porté une grave atteinte aux institutions de la République et au processus de Transition démocratique mis en place au Burkina-Faso, suite à l’insurrection populaire victorieuse des 30 et 31 octobre 2014 qui a mis fin à 27 années de dictature féroce, de confiscation des libertés démocratiques et de blocage du jeu politique par le CDP (Congrès pour (suite…)


Accaparement des terres
Le réseau de communication Kayira, en collaboration avec la Fondation Rosa Luxemburg, a tenu du 14 au 16 août 2015 la 4ème édition des assises de la Gauche malienne. Ces assises ont regroupé les organisations paysannes et certains syndicats. Le thème était : « Les organisations paysannes, les partis et mouvements de Gauche du Mali : quelles perspectives dans un contexte d’accaparement des terres par la bourgeoisie nationale et l’impérialisme ? »
Lire la suite de cette entrée »


Je vais vous dire pourquoi je suis ici, avec des mots que j’ai empruntés à un vieux manifeste célèbre. Je suis ici parce que :

Un spectre hante l’Europe – le spectre de la démocratie. Toutes les puissances de la vieille Europe ont conclu une sainte alliance pour exorciser ce spectre: les banquiers parrainés par les États et l’Eurogroupe, la Troïka et le Dr Schäuble, les héritiers de l’héritage politique de Franco, le leadership berlinois du SPD, les gouvernements baltes qui ont soumis leurs populations à une récession terrible et inutile, et l’oligarchie grecque en résurgence. Lire la suite de cette entrée »


Après le 5ème rejet de sa demande de visa par le consulat de l’ambassade de France au Mali, l’honorable Oumar Mariko monte au créneau contre le président de l’Assemblée nationale, le ministre des Affaires étrangères du Mali et l’ambassadeur de France au Mali. Dans l’interview qui suit, il parle aussi des deux attaques, celles de Nara et de Fakola dans le cercle de Kolondiéba.
Lire la suite de cette entrée »