Articles avec le tag ‘CNRDRE’

Transition malienne : Le CNRDRE est mort, vive le CNRDRE

Comme annoncé, le gouvernement de transition a décidé mardi 12 juin de créer une nouvelle instance pour les militaires du Comité national de redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat. Il s’agit avant tout de faire place aux membres de la junte qui avait renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré. Il s’agit sans nul doute d’une légalisation du CNRDRE dont la dissolution a été exigée par la communauté internationale.
Il est baptisé Comité militaire de suivi de la réforme des forces de défense et de sécurité. Sa mission (suite…)

Faut-il désigner un autre président de transition?

La raison médicale a été officiellement avancée pour justifier le voyage en France de Dioncounda Traoré, président malien de la transition. Cet argument est d’autant plus convainquant que l’ancien intérimaire a récemment été physiquement victime du courroux des manifestants pro-putschistes qui ne veulent point le sentir.

Si ce justificatif d’ennui sanitaire vaut son pesant de logique, l’ex-président de l’Assemblée n’ayant plus la résistance physique d’un jeune homme de 25 ans, il ne manque cependant pas de susciter quelques commentaires. Ne serait-ce pas plutôt un alibi avancé par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et la (suite…)

Déclaration du Parti SADI suite à la tentative de coup d’état

Ce lundi 30 avril 2012 notre pays a été victime d’une agression intérieure planifiée et coordonnée avec des forces extérieures pour arrêter le processus de normalisation en cours, assassiner des chefs miliaires et leaders politiques, systématiser la violence aveugle et installer la guerre civile pour rétablir de force le régime de trahison de Amadou Toumani Touré.

Le Comité National pour le Redressement de la Démocratie et pour le Rétablissement de l’Etat (CNRDRE) ayant mesuré les conséquences de cette violence aveugle, conduite par des forces internes soutenues par des mercenaires étrangers, a apporté une riposte militaire appropriée pour éradiquer ce plan criminel et ramener l’ordre, la sécurité et la paix à Bamako.

Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) condamne cette tentative de coup d’état dont l’objectif principal est de restaurer un régime corrompu qui a plongé notre pays dans de crises multiples (crise sécuritaire, crise militaire, crise économique, crise scolaire, crise alimentaire, crise morale, crise politique etc).

Lire la suite de cette entrée »

Déclaration de la Jeunesse du Parti SADI suite au sommet des chefs d’états des pays de la CEDEAO

C’est avec une grande stupéfaction que la Jeunesse SADI a appris les résolutions du sommet du 29 avril 2012 de la CEDEAO tenue à Abidjan.

En décidant unilatéralement de fixer la durée de la transition malienne à 12 mois, la CEDEAO vient une fois de plus de manifester sa volonté de mettre sous tutelle le Mali, menace sa souveraineté et  viole de façon flagrante l’accord cadre du 06 avril 2012 entre elle et le CNRDRE.

Cette décision montre le mépris total de cette institution à la solde des Etats unis et de la France, des problèmes réels du peuple Malien.

La Jeunesse SADI s’étonne de l’envoie des militaires de la CEDEAO pour sécuriser les autorités de la Transition. La question qui se pose est de savoir contre qui la CEDEAO veut sécuriser cette transition ?

La J-SADI dénonce ces hommes politiques maliens qui se cachent derrière la CEDEAO et leurs alliés de l’Union Européenne, de la France et des Etats-Unis qui veulent coût que coûte restaurer l’ordre ancien dans notre Pays.

Lire la suite de cette entrée »


Le 15 septembre 2015, une quarantaine de Kamerunais se sont retrouvés au palais des Sports de Yaoundé pour un séminaire sur le thème «la gouvernance électorale et l’alternance démocratique », à l’initiative de l’ONG DYNAMIQUE CITOYENNE et pour la commémoration de la journée internationale de la démocratie.

Alors que le séminaire, dûment déclaré comme le stipule la loi, se déroulait sans incident, après des intimidations successives et infructueuses des gendarmes puis des policiers, le Sous-Préfet de Yaoundé 1er, accompagné d’une escouade d’éléments des forces de l’ordre, a fait irruption dans la salle et intimé aux participants, l’ordre d’arrêter leurs travaux (suite…)


Déclaration du Parti S.A.DI. sur le coup de force au Burkina Faso
Le Mercredi 16 septembre 2015, aux environs de 14H30, des militaires appartenant au tristement célèbre Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) ont porté une grave atteinte aux institutions de la République et au processus de Transition démocratique mis en place au Burkina-Faso, suite à l’insurrection populaire victorieuse des 30 et 31 octobre 2014 qui a mis fin à 27 années de dictature féroce, de confiscation des libertés démocratiques et de blocage du jeu politique par le CDP (Congrès pour (suite…)


Accaparement des terres
Le réseau de communication Kayira, en collaboration avec la Fondation Rosa Luxemburg, a tenu du 14 au 16 août 2015 la 4ème édition des assises de la Gauche malienne. Ces assises ont regroupé les organisations paysannes et certains syndicats. Le thème était : « Les organisations paysannes, les partis et mouvements de Gauche du Mali : quelles perspectives dans un contexte d’accaparement des terres par la bourgeoisie nationale et l’impérialisme ? »
Lire la suite de cette entrée »


Je vais vous dire pourquoi je suis ici, avec des mots que j’ai empruntés à un vieux manifeste célèbre. Je suis ici parce que :

Un spectre hante l’Europe – le spectre de la démocratie. Toutes les puissances de la vieille Europe ont conclu une sainte alliance pour exorciser ce spectre: les banquiers parrainés par les États et l’Eurogroupe, la Troïka et le Dr Schäuble, les héritiers de l’héritage politique de Franco, le leadership berlinois du SPD, les gouvernements baltes qui ont soumis leurs populations à une récession terrible et inutile, et l’oligarchie grecque en résurgence. Lire la suite de cette entrée »


Après le 5ème rejet de sa demande de visa par le consulat de l’ambassade de France au Mali, l’honorable Oumar Mariko monte au créneau contre le président de l’Assemblée nationale, le ministre des Affaires étrangères du Mali et l’ambassadeur de France au Mali. Dans l’interview qui suit, il parle aussi des deux attaques, celles de Nara et de Fakola dans le cercle de Kolondiéba.
Lire la suite de cette entrée »