Articles avec le tag ‘crise au mali’

La CEDEAO ne doit pas chercher à se substituer ni aux forces ni au peuple du Mali (ministre)

BAMAKO, 13 août (Xinhua) — La CEDEAO ne doit pas chercher à se substituer ni aux forces de défense et de sécurité du Mali, ni au peuple malien, a indiqué lundi le ministre malien de la Défense et des Anciens Combattants, le colonel-major Yamoussa Camara, à l’ouverture d’une réunion extraordinaire du comité des chefs d’état-major de la CEDEAO.

De l’avis de M. Camara, l’armée de son pays a « certes pris un coup mais elle reste debout et fait le serment d’honorer le contrat moral qui la lie à la nation ».

« L’action militaire, qui reste l’ultime recours, devra créer les conditions (suite…)

Pour « immixtion illegale » dans la crise au Mali : Le parti Sadi porte plainte contre la Cédéao

Face à la presse ce jeudi au Centre international de conférence de Bamako, les avocats du parti Sadi ont notifié la requête introduite contre la conférence des chefs d’Etats dans la résolution de la crise malienne devant la Cour de justice de la Cédéao. Pour les avocats de la formation politique, la plainte se justifie à plus d’un titre, en ce sens, disent-ils, que les décisions de celle-ci, « violent de manière flagrante les textes de la Cédéao ».

Pour cette conférence d’information, toute la crème du parti Sadi était réunie (suite…)

Communiqué de L’Association Française d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples d’Afrique

Non à toute balkanisation néo-coloniale de l’Afrique : Contribution à la réflexion sur la situation au Mali et au-delà

On peut examiner au cas par cas, au jour le jour, les événements qui bouleversent le continent, mais on peut aussi élargir le prisme et rechercher leurs points communs, leurs connexions et leurs cohérences. La stratégie impérialiste pour l’Afrique entre dans une nouvelle phase, selon le schéma libyen, l’intervention directe de l’OTAN en moins. Il y a un an, en mars 2011, l’AFASPA dénonçait le danger d’une intervention militaire franco-britannique en Libye, « dont les populations libyennes (seraient) les premières victimes ». En septembre 2012, nous écrivions : « En Libye a été ouvert un nouveau chantier d’aventurisme et d’expérimentation militaire : il s’avèrera rapidement incontrôlable. Cette ingérence impérialiste dans une guerre civile avec fourniture d’armes à des groupements divers et variés aura sans nul doute de lourdes et durables conséquences ».

Alors que certains membres du CNT, censé diriger la Libye, restent encore dans l’ombre de l’anonymat, le pays est en proie à des conflits dont on ne voit pas comment ils peuvent se régler. La dissémination des armes et la « disponibilité » de certaines troupes du Guide libyen a permis à tous ceux qui parlent les armes à la main (groupes islamistes, séparatistes touaregs et autres bandes organisées au service d’intérêts mafieux) de renforcer leurs potentiels militaires dans le Sahel.

Lire la suite de cette entrée »


Le 15 septembre 2015, une quarantaine de Kamerunais se sont retrouvés au palais des Sports de Yaoundé pour un séminaire sur le thème «la gouvernance électorale et l’alternance démocratique », à l’initiative de l’ONG DYNAMIQUE CITOYENNE et pour la commémoration de la journée internationale de la démocratie.

Alors que le séminaire, dûment déclaré comme le stipule la loi, se déroulait sans incident, après des intimidations successives et infructueuses des gendarmes puis des policiers, le Sous-Préfet de Yaoundé 1er, accompagné d’une escouade d’éléments des forces de l’ordre, a fait irruption dans la salle et intimé aux participants, l’ordre d’arrêter leurs travaux (suite…)


Déclaration du Parti S.A.DI. sur le coup de force au Burkina Faso
Le Mercredi 16 septembre 2015, aux environs de 14H30, des militaires appartenant au tristement célèbre Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) ont porté une grave atteinte aux institutions de la République et au processus de Transition démocratique mis en place au Burkina-Faso, suite à l’insurrection populaire victorieuse des 30 et 31 octobre 2014 qui a mis fin à 27 années de dictature féroce, de confiscation des libertés démocratiques et de blocage du jeu politique par le CDP (Congrès pour (suite…)


Accaparement des terres
Le réseau de communication Kayira, en collaboration avec la Fondation Rosa Luxemburg, a tenu du 14 au 16 août 2015 la 4ème édition des assises de la Gauche malienne. Ces assises ont regroupé les organisations paysannes et certains syndicats. Le thème était : « Les organisations paysannes, les partis et mouvements de Gauche du Mali : quelles perspectives dans un contexte d’accaparement des terres par la bourgeoisie nationale et l’impérialisme ? »
Lire la suite de cette entrée »


Je vais vous dire pourquoi je suis ici, avec des mots que j’ai empruntés à un vieux manifeste célèbre. Je suis ici parce que :

Un spectre hante l’Europe – le spectre de la démocratie. Toutes les puissances de la vieille Europe ont conclu une sainte alliance pour exorciser ce spectre: les banquiers parrainés par les États et l’Eurogroupe, la Troïka et le Dr Schäuble, les héritiers de l’héritage politique de Franco, le leadership berlinois du SPD, les gouvernements baltes qui ont soumis leurs populations à une récession terrible et inutile, et l’oligarchie grecque en résurgence. Lire la suite de cette entrée »


Après le 5ème rejet de sa demande de visa par le consulat de l’ambassade de France au Mali, l’honorable Oumar Mariko monte au créneau contre le président de l’Assemblée nationale, le ministre des Affaires étrangères du Mali et l’ambassadeur de France au Mali. Dans l’interview qui suit, il parle aussi des deux attaques, celles de Nara et de Fakola dans le cercle de Kolondiéba.
Lire la suite de cette entrée »