Articles avec le tag ‘Dr Oumar Mariko’

Podcast: Discours d’investiture du Dr Oumar Mariko

Lire
(suite…)

Coup d’état au Mali: Les vérités du Dr Oumar Mariko

On ne dira pas qu’après avoir fait tomber le régime du général Moussa Traoré, en 1991, au profit du parachutiste Amadou Toumani Touré (ATT), alors qu’il était le secrétaire général de l’AEEM (Association des élèves et étudiants du Mali), Oumar Mariko se soit beaucoup assagi. Médecin de formation et député à l’Assemblée nationale, sans avoir participé au coup d’état qui a emporté ATT, il ne craint pas de dire pourquoi il l’a soutenu en le qualifiant « de salutaire ». Son analyse de la situation politique qui prévaut, actuellement, au Mali devrait être lue et relue par les dirigeants de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest).

 

AFRIQUEDUCATION : Le Mali est un pays qui ne faisait pas la Une de l’actualité internationale avant le putsch du 22 mars. N’y a-t-il pas des raisons cachées au grand public qui aient conduit à la catastrophique situation que connaît le pays aujourd’hui ?

Contrairement à ce que vous dites, le Mali était connu comme un nid du terrorisme, du narcotrafic, des prises d’otages avec des rançons fabuleuses dans sa partie Nord. Le chef de l’Etat du Mali, Amadou Toumani Touré (ATT), était, de plus en plus, indexé par la communauté internationale comme l’auteur ou le complice de ces activités qui ont transformé le Nord du Mali en un no man’s land. Les Maliens ont vécu avec beaucoup d’indignation, l’intervention des armées mauritanienne et française sur le territoire malien contre les terroristes de groupes d’AQMI (Al-Qaïda pour le Maghreb islamique). Il n’était pas rare d’entendre dire que les présidents mauritanien, Abdoul Aziz, et, français, Nicolas Sarkozy, cachaient leurs informations au président malien ATT de crainte que ce dernier n’informe les terroristes ; ces informations n’ont, d’ailleurs, été démenties ni par ATT ni par son entourage. Cette situation n’est-elle pas révélatrice du système de gestion catastrophique de son régime ? Nous avions, d’ailleurs, en tant que député, adressé une question orale au ministre de la Défense de l’époque qui n’a jamais voulu y répondre. Il est vrai que les élections présidentielle et législatives de 1997, de 2002, de 2007, ont été, fortement, frauduleuses, obligeant la Cour constitutionnelle à faire un aveu de taille. En effet, la Cour constitutionnelle a conclu que le Mali s’est installé dans la fraude à demeure. Il est, aussi, vrai que cette Cour constitutionnelle n’a, jamais, pris ses responsabilités pour annuler les différents scrutins. Elle a, toujours, évoqué des questions financières et dit que la communauté internationale n’était pas prête à organiser de nouvelles élections car c’est elle qui paye la facture. Où se trouve notre souveraineté en la matière ? Cette même communauté internationale a, toujours, donné des bons points au régi-me malien pour avoir accepté toutes ses propositions malgré la corruption, les détournements de deniers publics, la gabegie financière dont le régime faisait montre au grand jour. Elle a servi de franchises pour le régi-me présenté comme démocratique alors qu’il s’agissait d’un mirage. En réalité, la démocratie malienne se limitait à une liberté de presse relative, alors que les droits humains essentiels étaient réels pour une minorité de la population et un vrai mirage pour la grande majorité du peuple.

Lire la suite de cette entrée »


Le 15 septembre 2015, une quarantaine de Kamerunais se sont retrouvés au palais des Sports de Yaoundé pour un séminaire sur le thème «la gouvernance électorale et l’alternance démocratique », à l’initiative de l’ONG DYNAMIQUE CITOYENNE et pour la commémoration de la journée internationale de la démocratie.

Alors que le séminaire, dûment déclaré comme le stipule la loi, se déroulait sans incident, après des intimidations successives et infructueuses des gendarmes puis des policiers, le Sous-Préfet de Yaoundé 1er, accompagné d’une escouade d’éléments des forces de l’ordre, a fait irruption dans la salle et intimé aux participants, l’ordre d’arrêter leurs travaux (suite…)


Déclaration du Parti S.A.DI. sur le coup de force au Burkina Faso
Le Mercredi 16 septembre 2015, aux environs de 14H30, des militaires appartenant au tristement célèbre Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) ont porté une grave atteinte aux institutions de la République et au processus de Transition démocratique mis en place au Burkina-Faso, suite à l’insurrection populaire victorieuse des 30 et 31 octobre 2014 qui a mis fin à 27 années de dictature féroce, de confiscation des libertés démocratiques et de blocage du jeu politique par le CDP (Congrès pour (suite…)


Accaparement des terres
Le réseau de communication Kayira, en collaboration avec la Fondation Rosa Luxemburg, a tenu du 14 au 16 août 2015 la 4ème édition des assises de la Gauche malienne. Ces assises ont regroupé les organisations paysannes et certains syndicats. Le thème était : « Les organisations paysannes, les partis et mouvements de Gauche du Mali : quelles perspectives dans un contexte d’accaparement des terres par la bourgeoisie nationale et l’impérialisme ? »
Lire la suite de cette entrée »


Je vais vous dire pourquoi je suis ici, avec des mots que j’ai empruntés à un vieux manifeste célèbre. Je suis ici parce que :

Un spectre hante l’Europe – le spectre de la démocratie. Toutes les puissances de la vieille Europe ont conclu une sainte alliance pour exorciser ce spectre: les banquiers parrainés par les États et l’Eurogroupe, la Troïka et le Dr Schäuble, les héritiers de l’héritage politique de Franco, le leadership berlinois du SPD, les gouvernements baltes qui ont soumis leurs populations à une récession terrible et inutile, et l’oligarchie grecque en résurgence. Lire la suite de cette entrée »


Après le 5ème rejet de sa demande de visa par le consulat de l’ambassade de France au Mali, l’honorable Oumar Mariko monte au créneau contre le président de l’Assemblée nationale, le ministre des Affaires étrangères du Mali et l’ambassadeur de France au Mali. Dans l’interview qui suit, il parle aussi des deux attaques, celles de Nara et de Fakola dans le cercle de Kolondiéba.
Lire la suite de cette entrée »