Articles avec le tag ‘Laurent Gbagbo’

Procès : Le malaise de la CPI face à Gbagbo

La Cour pénale internationale (CPI) qui avait affirmé ne pas avoir suffisamment de preuves pour juger Laurent Gbagbo, semble de plus en plus désorientée face à l’ex-Président ivoirien. La Procureur de l’instance internationale, Fatou Bensouda, a indiqué vendredi qu’elle s’est rendue en Côte d’Ivoire pour chercher des informations sur le dossier du prisonnier de la Haye.
A la Cour pénale internationale, on tente toujours de trouver plus d’éléments pour pouvoir juger Laurent Gbagbo. Un véritable malaise semble s’être installé entre l’instance internationale et l’ex-Président ivoirien, emprisonné à la Haye depuis novembre 2011. Elle ne sait plus sur quel tableau jouer pour que ce dernier réponde des crimes contre l’humanité, durant les violences post-électorales de novembre 2010, dont il est soupçonné.

Lire la suite de cette entrée »

Le transfert de Gbagbo à la Cour pénale internationale soulève de lourdes questions

Le transfert de Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale soulève de lourdes questions de droit et de justice mais aussi des questions politiques cruciales sur le rôle de la France en Afrique.

Des crimes particulièrement graves, des massacres, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité ont été commis en Côte d’Ivoire par les deux camps en conflit après le scrutin de novembre 2010. Pourtant, seul Laurent Gbagbo est directement poursuivi et incarcéré à La Haye. On se souvient pourtant, par exemple, que plus de 800 personnes (selon la FIDH) ont été atrocement massacrées à Duékoué en mars 2011, lors de la prise de la ville par les partisans d’Alassane Ouattara. Lire la suite de cette entrée »

Ocampo ou le juge du double standard

Alassane Ouattara ne montera plus la garde à Khorogo où le déni de démocratie défait par les canons de France et Navarre avait fini par conduire Laurent Gbagbo en le ramenant à sa plus simple expression. Celle d’une fourmi  qui se croyait éléphant. Passé de la tchatche à la trappe,  3000 morts plus tard hélas mais tout de même en quelconque chef de bande plus qu’en homme d’Etat agressé,  l’ex faucon du Fpi affichera bientôt un numéro matricule voisin de celui de Charles Taylor.

Au box-office, il lèvera la main droite  comme avant lui à la même place, quelques bouchers de sinistre renom. Triste destin pour l’historien crédité d’avoir fait échec à un président français -Chirac-  mais coupable d’avoir livré la bataille de trop. Pourtant, le président Ouattara aura tort de se frotter les mains. Car, en lieu et place du procès « du pouvoir ou la mort» organisé sur les lieux du crime et qui aurait été d’une valeur pédagogique certaine pour la Côte d’Ivoire et pour l’Afrique, il s’est empressé de délocaliser sa responsabilité. Une affaire Koala en sens inverse. Sauf qu’ici le déchet est tout aussi toxique qu’éloquent. Lire la suite de cette entrée »

La CPI lance un mandat d’arrêt contre Laurent Gbagbo

Le procureur de la République de Côte d’Ivoire a signifié à l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo le mandat d’arrêt émis ce mardi 29 novembre 2011 contre lui par la Cour pénale internationale (CPI). La procédure de transfert serait en cours.

Le président ivoirien Alassane Ouattara avait promis, début septembre, de renvoyer son prédécesseur devant les juges de la Cour pénale internationale (CPI). Ce mardi 29 novembre 2011, en tout début d’après midi, le procureur de la République de Côte d’Ivoire a signifié à Laurent Gbagbo le mandat d’arrêt émis, sous-scellés, par la CPI. Deux de ses avocats étaient présents à Korhogo, (suite…)


Le 15 septembre 2015, une quarantaine de Kamerunais se sont retrouvés au palais des Sports de Yaoundé pour un séminaire sur le thème «la gouvernance électorale et l’alternance démocratique », à l’initiative de l’ONG DYNAMIQUE CITOYENNE et pour la commémoration de la journée internationale de la démocratie.

Alors que le séminaire, dûment déclaré comme le stipule la loi, se déroulait sans incident, après des intimidations successives et infructueuses des gendarmes puis des policiers, le Sous-Préfet de Yaoundé 1er, accompagné d’une escouade d’éléments des forces de l’ordre, a fait irruption dans la salle et intimé aux participants, l’ordre d’arrêter leurs travaux (suite…)


Déclaration du Parti S.A.DI. sur le coup de force au Burkina Faso
Le Mercredi 16 septembre 2015, aux environs de 14H30, des militaires appartenant au tristement célèbre Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) ont porté une grave atteinte aux institutions de la République et au processus de Transition démocratique mis en place au Burkina-Faso, suite à l’insurrection populaire victorieuse des 30 et 31 octobre 2014 qui a mis fin à 27 années de dictature féroce, de confiscation des libertés démocratiques et de blocage du jeu politique par le CDP (Congrès pour (suite…)


Accaparement des terres
Le réseau de communication Kayira, en collaboration avec la Fondation Rosa Luxemburg, a tenu du 14 au 16 août 2015 la 4ème édition des assises de la Gauche malienne. Ces assises ont regroupé les organisations paysannes et certains syndicats. Le thème était : « Les organisations paysannes, les partis et mouvements de Gauche du Mali : quelles perspectives dans un contexte d’accaparement des terres par la bourgeoisie nationale et l’impérialisme ? »
Lire la suite de cette entrée »


Je vais vous dire pourquoi je suis ici, avec des mots que j’ai empruntés à un vieux manifeste célèbre. Je suis ici parce que :

Un spectre hante l’Europe – le spectre de la démocratie. Toutes les puissances de la vieille Europe ont conclu une sainte alliance pour exorciser ce spectre: les banquiers parrainés par les États et l’Eurogroupe, la Troïka et le Dr Schäuble, les héritiers de l’héritage politique de Franco, le leadership berlinois du SPD, les gouvernements baltes qui ont soumis leurs populations à une récession terrible et inutile, et l’oligarchie grecque en résurgence. Lire la suite de cette entrée »


Après le 5ème rejet de sa demande de visa par le consulat de l’ambassade de France au Mali, l’honorable Oumar Mariko monte au créneau contre le président de l’Assemblée nationale, le ministre des Affaires étrangères du Mali et l’ambassadeur de France au Mali. Dans l’interview qui suit, il parle aussi des deux attaques, celles de Nara et de Fakola dans le cercle de Kolondiéba.
Lire la suite de cette entrée »