Articles avec le tag ‘malien’

La COPAM : « Pourquoi toutes ces agitations à propos des arrestations ? »

Les responsables de la Coordination des organisations patriotiques pour le Mali (COPAM) parmi lesquels Hammadoun Amion Guindo, Oumar Mariko, Pr Younouss Hamèye Dicko, Hamèye Founé Mahalmadane, Mohamed Tabouré étaient en conférence de presse hier, jeudi 19 avril 2012 au siège de la CSTM au quartier du Fleuve. A propos des récentes arrestations opérées par la junte du Capitaine Amadou Haya Sanogo, Hammadoun Amion Guindo et ses amis de la COPAM estiment qu’  » il faut rester sereins, ne pas s’agiter pour laisser la justice faire son travail, surtout avec la détention (suite…)

Cheik Oumar Sissoko : Le cinéma malien laissé pour compte

« Il faut réhabiliter les salles de cinéma ». C’est le cri de cœur lancé par le réalisateur malien Cheick Oumar Sissoko sur la chaine de télévision panafricaine « Africa 24 ».

Invité sur le plateau de l’émission culturelle « Ciné 24 », l’ancien ministre de la culture a insisté sur la nécessité de redynamiser le ciné sur le continent, et particulièrement au Mali. Pour lui, ce défi ne peut être relevé que si les pouvoirs publics réhabilitent les salles de cinéma. « Il y a vraiment de sérieux problèmes. On produit des films qu’on ne parvient pas à présenter au public » regrette l’ancien lauréat du Festival panafricain du film et de la télévision de Ouagadougou, FESPACO. « L’Etat malien a vendu les plus grandes salles de cinéma à des opérateurs économiques qui n’ont pas respecté les contrats de vente, hormis pour celle qui a été rachetée par le Babemba. Les autres salles ont été fermées ou laissées à l’abandon » déplore-t-il. Avant d’ajouter que « cela signifie que l’Etat ne voit pas la nécessité d’ouvrir les salles de cinéma pour que ce secteur, qui était très dynamique, puisse retrouver sa renommée. La situation actuelle du 7ème art, poursuit l’ancien ministre, ne permet pas de développer des loisirs, ni d’amener ce pan de la culture malienne à exceller comme auparavant. On oublie que c’est aussi un secteur de création d’emplois, regrette M. Sissoko. Qui reconnait qu’heureusement le Centre national cinématographique, CNCM, est en train de prendre des dispositions.

Nostalgie des heures de gloire du cinéma malien

Le cinéma malien a connu, selon Cheick Oumar Sissoko, ses heures de gloire. Aujourd’hui, il est en train de remonter la pente après une impasse, et cela grâce aux efforts du Centre national cinématographique du Mali, dont il a salué les efforts du directeur Moussa Ouane pour la redynamisation de la création cinématographique. Les conditions se réunissent de plus en plus pour que cette création puisse aller de l’avant, se réjouit-il, citant la production de deux longs métrages par ledit Centre. Il s’agit de « Da Monzon : la conquête de Samannyanan » et de « Toile d’Araignée », une adaptation du roman d’Ibrahima Ly. « Ce qu’il faut encore noter, poursuit le réalisateur, c’est la mise à disposition de matériel pour tous les cinéastes qui en font la demande. Une école a également été créée pour permettre aux cinéastes de se recycler et d’ouvrir le cinéma aux jeunes. On a besoin d’assurer la relève. Je pense que dans deux ou trois ans, nous allons reprendre le leadership que nous avions il y a quelques années » espère Cheick Oumar Sissoko. Qui précise une fois de plus que « là où le bât blesse, c’est la fermeture de toutes les salles de cinéma à Bamako et dans la sous région ». Lire la suite de cette entrée »


Le 15 septembre 2015, une quarantaine de Kamerunais se sont retrouvés au palais des Sports de Yaoundé pour un séminaire sur le thème «la gouvernance électorale et l’alternance démocratique », à l’initiative de l’ONG DYNAMIQUE CITOYENNE et pour la commémoration de la journée internationale de la démocratie.

Alors que le séminaire, dûment déclaré comme le stipule la loi, se déroulait sans incident, après des intimidations successives et infructueuses des gendarmes puis des policiers, le Sous-Préfet de Yaoundé 1er, accompagné d’une escouade d’éléments des forces de l’ordre, a fait irruption dans la salle et intimé aux participants, l’ordre d’arrêter leurs travaux (suite…)


Déclaration du Parti S.A.DI. sur le coup de force au Burkina Faso
Le Mercredi 16 septembre 2015, aux environs de 14H30, des militaires appartenant au tristement célèbre Régiment de Sécurité Présidentielle (RSP) ont porté une grave atteinte aux institutions de la République et au processus de Transition démocratique mis en place au Burkina-Faso, suite à l’insurrection populaire victorieuse des 30 et 31 octobre 2014 qui a mis fin à 27 années de dictature féroce, de confiscation des libertés démocratiques et de blocage du jeu politique par le CDP (Congrès pour (suite…)


Accaparement des terres
Le réseau de communication Kayira, en collaboration avec la Fondation Rosa Luxemburg, a tenu du 14 au 16 août 2015 la 4ème édition des assises de la Gauche malienne. Ces assises ont regroupé les organisations paysannes et certains syndicats. Le thème était : « Les organisations paysannes, les partis et mouvements de Gauche du Mali : quelles perspectives dans un contexte d’accaparement des terres par la bourgeoisie nationale et l’impérialisme ? »
Lire la suite de cette entrée »


Je vais vous dire pourquoi je suis ici, avec des mots que j’ai empruntés à un vieux manifeste célèbre. Je suis ici parce que :

Un spectre hante l’Europe – le spectre de la démocratie. Toutes les puissances de la vieille Europe ont conclu une sainte alliance pour exorciser ce spectre: les banquiers parrainés par les États et l’Eurogroupe, la Troïka et le Dr Schäuble, les héritiers de l’héritage politique de Franco, le leadership berlinois du SPD, les gouvernements baltes qui ont soumis leurs populations à une récession terrible et inutile, et l’oligarchie grecque en résurgence. Lire la suite de cette entrée »


Après le 5ème rejet de sa demande de visa par le consulat de l’ambassade de France au Mali, l’honorable Oumar Mariko monte au créneau contre le président de l’Assemblée nationale, le ministre des Affaires étrangères du Mali et l’ambassadeur de France au Mali. Dans l’interview qui suit, il parle aussi des deux attaques, celles de Nara et de Fakola dans le cercle de Kolondiéba.
Lire la suite de cette entrée »